Sex-Toys

Sexe et nourriture : quand les plaisirs se conjuguent

Il faut, dit-on, varier les plaisirs. Mais il y a mieux encore, puisqu’on peut aussi les conjuguer… Mélanger plaisir de la bouche et plaisir du sexe s’avère un merveilleux moyen de découvrir son corps – et celui du partenaire. Au menu, de délicieuses dégustations sur le torse, les seins, les fesses ou le sexe de votre conjoint. Il parait même que certains aliments sont aphrodisiaques !

Manger une banane des deux côtés jusqu’à se rejoindre pour un baiser torride, faire fondre une boule de glace sur le corps de votre moitié ou décorer de chantilly ses parties intimes, autant d’expériences qui éveillent les sens, stimulent le plaisir, comme un prélude à des ébats fougueux. Ces pratiques sont sans conteste l’occasion de réinventer le plaisir et de créer des situations aussi insolites que coquines. Attention toutefois, ces exercices  peuvent aussi, dans la pratique, se révéler quelque peu inconfortables et freiner l’enthousiasme de la passion. Mode d’emploi.

Plaisir des sens : (s’) aimer, (se) manger…
Coulis de fruits rouges, crème chantilly, champagne, tout est prêt. L’excitation vous gagne alors que votre partenaire commence à se dévêtir. A mesure qu’il envoie valdinguer ses vêtements, l’atmosphère se fait de plus en plus torride. Après une journée de travail éreintante, il vous fallait au moins ça… Vous vous déshabillez à votre tour et les festivités commencent. Vous étalez le coulis le long du torse de votre partenaire et d’un geste infiniment sensuel, il recouvre vos seins de chantilly avant de se laisser aller à ce mélange de saveurs. Le désir se fait croissant, les baisers de plus en plus passionnés et vous êtes l’un et l’autre emportés par le délicieux tourbillon des plaisirs qui s’entremêlent.

Dégustations intimes

Selon certaines études psychologiques, les plaisirs de la bouche et ceux du sexe sont étroitement liés dans notre cerveau car leur « consommation » libère dans notre organisme des molécules similaires qui induisent une forme de « jouissance ». Pas étonnant que cette pratique remporte un tel succès. L’alliance du sexe et de la nourriture n’est cependant pas une nouveauté…

En 1973, Bernardo Bertolucci et son film Le Dernier Tango à Paris ouvraient la voie avec fracas. Le public assistait, incrédule, aux tribulations érotiques d’un Marlon Brando métamorphosé pour l’occasion en masochiste charnel. La célèbre scène où une tablette de beurre est utilisée pour une sodomie fit grand bruit à l’époque et vaudra au film d’être interdit aux moins de 18 ans. Ce long métrage fit l’effet d’un coup de tonnerre, prenant une part importante dans la révolution des mœurs des années 70 et mettant au jour un pan tabou de la sexualité.

Depuis, d’autres films, comme 9 semaines et demie en 1986, ont contribué à populariser cette pratique. Aujourd’hui largement répandue, elle fait partie des préliminaires les plus appréciés.

A quelle sauce ?

Il serait dommage pour les néophytes de se passer d’un tel plaisir. Avant toute chose, il est important de connaître l’autre et ses goûts. Le vieil adage « chacun ses goûts » vaut aussi dans ce domaine. Sucré, salé, fruité ou épicé, la sexualité peut prendre toutes les arômes. A vous de déterminer ce qui plaira ou non à votre partenaire, en y ajoutant une touche de fantaisie, de créativité et d’audace. Soyez à la fois délicat(e) et audacieux(se). Il existe toutefois des valeurs sûres, idéales pour un moment de plaisir.

Le chocolat : notamment la célèbre pâte à tartiner remplit ici un rôle bien coquin. Etalée sur le corps nu de votre partenaire, elle est  une véritable invitation  à la volupté des sens. Laissez-vous enivrer par un baiser cacaoté qui vous fera frissonner de bonheur…

– La crème chantilly : ou l’ode à la luxure par excellence, crème légèrement sucrée et parfumée à la vanille, elle ravira tous les palais. Se déguste sans modération aucune. Sa facilité d’emploi et sa forme compacte en font l’accessoire parfait d’une soirée gourmande.

– La crème glacée : le dessert aux différents arômes quant à lui fait office de classique. Brisez la glace des tabous en soufflant le (chaud et le) froid sur le corps lascif de votre conjoint. Faites ressurgir la partie cachée de l’iceberg du plaisir qui sommeille en vous… Et pour tous ceux qui n’auraient pas de crème glacée à disposition, pas de panique, de simples glaçons feront l’affaire. Ils seront certes moins savoureux mais procureront un plaisir certain.

– Fruits rouges : fraise, framboise ou encore cerises, pourquoi donc ne pas profiter des bienfaits d’une nature « luxuriante » ? Dans les rôles d’Adam et Eve modernes, osez le péché originel en goutant aux fruits défendus de votre jardin d’Eden.

Sur le corps de votre partenaire ou simplement sur ses parties intimes, ces ingrédients transformeront vos préliminaires en un moment extatique. Certaines pratiques sexuelles, notamment les fellations et les cunnilingus s’y conjugueront parfaitement, alors osez des petites gâteries qui n’auront jamais si bien porté leur nom…

Cette liste est bien sur non exhaustive et il ne tient qu’à vous de réinventer les règles pour « consommer » votre amour de mille et une façons. Il existe d’ailleurs de nombreuses références sexy et comestibles prêtes à l’emploi sur le marché de l’érotisme, pour les moins imaginatifs !

Sexe et nourriture : quand les plaisirs se conjuguent
  Haut